YANG JIECHI, MEMBRE DU BUREAU POLITIQUE ET DIRECTEUR DU BUREAU DE LA COMMISSION DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU COMITÉ CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS : AUX CHEFS DES DÉLÉGATIONS AFRICAINES AU SOMMET DE BEIJING DU FORUM SUR LA COOPÉRATION SINO-AFRICAINE

62

Monsieur Amadou Bâ, Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur de la République du Sénégal,

Chers Collègues,

Mesdames et Messieurs les Chefs de missions diplomatiques,

Mesdames et Messieurs,

Chers Amis,

 

Bonsoir. La Réunion des coordinateurs de la mise en œuvre des actions de suivi du Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) s’ouvrira demain. Au nom de la partie chinoise, je tiens à souhaiter une chaleureuse bienvenue à tous les amis africains venus participer à la réunion.

 

Le Sommet de Beijing du FCSA tenu en septembre dernier a été un grand succès. Il a inauguré une nouvelle ère marquée par la construction d’une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide, et posé un nouveau jalon dans les annales des relations sino-africaines. Après le Sommet, les deux parties ont mené des échanges étroits et approfondis qui ont permis à la coopération sino-africaine d’enregistrer des progrès considérables dans tous les domaines. La mise en œuvre des actions de suivi du Sommet a marqué un bon départ qui a contribué à prolonger le magnifique élan créé par le Sommet. Tout cela a été possible grâce au travail assidu de tous les amis ici présents. Nous vous en exprimons toute notre appréciation et nos remerciements.

 

 

L’amitié sino-africaine se consolide au fils du temps et la coopération entre la Chine et l’Afrique s’avère très prometteuse. Leurs relations auront un plus bel avenir.

Dans la nouvelle ère, les relations sino-africaines se développent avec une dynamique plus forte. Depuis son entrée en fonction en 2013, le Président Xi Jinping a fait quatre tournées en Afrique et on a enregistré plus de 120 déplacements en Chine de dirigeants africains pour des visites ou réunions. Lors du Sommet de Beijing, la Chine et l’Afrique ont convenu de construire ensemble une communauté de destin encore plus solide, fixant le cap pour le développement des relations sino-africaines vers un niveau plus élevé et donnant un exemple à suivre pour la construction de la communauté de destin pour l’humanité. La coopération Chine-Afrique dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » s’est développée plus rapidement. 40 pays africains et la Commission de l’Union Africaine (UA) ont signé avec la Chine des accords de coopération sur l’Initiative « la Ceinture et la Route » et nombreux sont nos amis africains qui ont participé au deuxième Forum « la Ceinture et la Route » pour la Coopération internationale. La mise en synergie de la coopération sino-africaine dans ce cadre avec l’Agenda 2063 de l’UA et avec les stratégies nationales de développement des différents pays africains s’est accélérée. L’Afrique est devenue aujourd’hui l’un des acteurs les plus actifs et les plus fermes de la mise en œuvre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », ce qui a fourni une grande force motrice pour le développement des relations sino-africaines.

 

 

Dans la nouvelle ère, les relations sino-africaines reposent sur une base politique plus solide. La Chine et l’Afrique sont depuis toujours partenaires intimes et solidaires. Grâce au soutien ferme qu’elles s’accordent mutuellement dans la recherche d’une voie de développement adaptée aux réalités nationales et sur les questions touchant aux intérêts vitaux et aux préoccupations majeures de part et d’autre, elles ont vu leur confiance mutuelle sur le plan politique s’approfondir sans cesse. Après le Sommet de Beijing, les échanges sino-africains au niveau des gouvernements, des partis politiques, des organes législatifs, des collectivités locales et des peuples se sont intensifiés et le partage d’expériences en matière de gouvernance a gagné en profondeur. Le partenariat de coopération stratégique global sino-africain a atteint un niveau sans précédent. Dans ses relations et sa coopération avec l’Afrique, la Chine reste toujours fidèle aux principes de « sincérité, résultats réels, amitié et bonne foi » et de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés, et soutient toujours les efforts des pays africains visant à gérer de façon autonome les affaires africaines. Aucune force ne saurait ébranler la détermination et la conviction sans précédent de la Chine et de l’Afrique dans la promotion de la solidarité, de la coopération et du développement partagé.

 

 

Dans la nouvelle ère, les relations sino-africaines sont marquées par une coopération plus ample. En 2018, avec un volume du commerce Chine-Afrique qui a encore une fois dépassé 200 milliards de dollars américains, la Chine a gardé sa place du premier partenaire commercial de l’Afrique pour la 10e année consécutive, et le stock de ses investissements en Afrique, toutes catégories confondues, s’est élevé à plus de 110 milliards de dollars américains. Depuis la mise en œuvre des huit initiatives majeures, la concrétisation du soutien de 60 milliards de dollars américains a avancé dans d’heureuses conditions et les projets d’infrastructures et de coopération sur les capacités de production chère à la partie africaine ont progressé à pas assurés. L’Institut Chine-Afrique a été inauguré et le Dialogue sino-africain sur la mise en œuvre de l’Initiative pour la paix et la sécurité s’est tenu avec succès. La Chine a fourni des aides d’urgence au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi, pays frappés par un cyclone tropical. Et les échanges sino-africains entre les think tanks, et la coopération en matière de paix et de sécurité, ainsi que dans la lutte contre les catastrophes naturelles ont enregistré de nouveaux progrès et ouvert de nouvelles perspectives.

 

 

Dans la nouvelle ère, les relations sino-africaines reflètent davantage les caractéristiques de notre époque. Dans un monde qui traverse des changements majeurs jamais connus depuis un siècle, les pays en développement ont une aspiration plus ardente à la solidarité et au développement. La coopération fructueuse entre la Chine et l’Afrique est d’ores et déjà un étendard pour guider la coopération internationale avec l’Afrique et la coopération Sud-Sud. Actuellement, la recrudescence de l’unilatéralisme et du protectionnisme fait subir des chocs à l’ordre international et au processus de la mondialisation économique. La Chine et l’Afrique suivent la bonne voie qui va dans le sens de l’Histoire, restent attachées au multilatéralisme et au système du libre-échange, préservent le système international axé sur les Nations Unies, défendent le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales centrés sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies, et travaillent à faire progresser la réforme du système de gouvernance mondiale dans un sens plus juste et plus rationnel, apportant ainsi des énergies positives considérables à la cause de la paix et du développement dans le monde.

 

 

 

Mesdames et Messieurs,

Chers Amis,

 

Cette année marque le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. Pendant ces 70 ans, le peuple chinois uni comme un seul homme, a œuvré avec opiniâtreté, sous la direction du Parti communiste chinois, pour réaliser un développement remarquable et frayer la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises. Nous continuerons à approfondir la réforme dans tous les domaines, à promouvoir un développement de haute qualité, à élargir l’ouverture sur l’extérieur, à poursuivre la voie du développement pacifique et à promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, ceci dans le but d’apporter de nouvelles contributions à l’avènement d’un monde meilleur avec une plus grande prospérité.

 

 

La Chine ne peut pas réaliser son développement sans l’Afrique et l’Afrique a besoin de la Chine pour son redressement. Dans le passé, la Chine et l’Afrique ont mené des combats solidaires et noué une amitié fraternelle qui vaut plus que l’or. Dans l’avenir, nos deux parties continueront à aller de l’avant dans la solidarité et avec courage pour ouvrir des perspectives encore plus belles aux relations sino-africaines. Sur le nouveau point de départ du développement, nous devons nous baser sur la confiance mutuelle, faire valoir notre amitié traditionnelle, intensifier nos échanges de haut niveau et consolider sans cesse le fondement politique de nos relations. Nous devons saisir l’opportunité offerte par la mise en œuvre des acquis du Sommet de Beijing et par la coopération sino-africaine dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » pour agrandir le gâteau des bénéfices communs et porter la coopération sino-africaine à des niveaux toujours plus élevés. Nous devons intensifier les échanges et l’inspiration mutuels entre les civilisations et élargir notre coopération dans les domaines éducatif, culturel, scientifique, technologique, touristique et sportif afin de rapprocher toujours davantage les peuples chinois et africains. Et nous devons renforcer la solidarité et la coordination et poursuivre la coopération étroite sur les grands dossiers internationaux et régionaux pour promouvoir ensemble un nouveau type de relations internationales basées sur le respect mutuel, l’équité, la justice et la coopération gagnant-gagnant, et faire évoluer l’ordre international et le système de gouvernance mondiale dans un sens plus favorable aux pays en développement.

 

 

Mesdames et Messieurs,

Chers Amis,

 

Cette réunion des coordinateurs tombe à point nommé. Profitons-en pour valoriser la sagesse collective, partager les expériences, rapprocher les idées et promouvoir la coopération afin d’obtenir des résultats effectifs qui contribueraient à la construction d’une communauté de destin sino-africaine encore plus solide et de montrer au monde le fort élan de la solidarité sino-africaine en faveur du développement partagé et des progrès communs. Je souhaite plein succès à cette réunion des coordinateurs !

Je vous remercie !

Leave A Reply

Your email address will not be published.