Conseil des ministres du 28 février 2019 : le chef de l’Etat tient à un développement équilibré du territoire national

121

Conakry, le 28 Février 2019 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 28 Février 2019 avec l’ordre du Jour suivant :

 

 

  1. MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

 

  1. COMPTE RENDU DE LA SESSION ORDINAIRE DU CONSEILINTERMINISTÉRIEL DU 26 FÉVRIER 2019

 

 

Au titre du premier point de l’ordre du jour

 

Le Président de la République a demandé aux autorités en charge de l’Education Nationale de communiquer sur les engagements du Gouvernement au titre des accords de sortie de crise conclus avec des syndicats de l’Education, tout en insistant sur le fait que toutes les dispositions convenues sont prises en compte par les autorités concernées

 

Le Chef de l’Etat a rappelé ses directives concernant le sérieux et l’anticipation qui doivent caractériser la négociation des contrats liant l’Etat à des opérateurs privés, afin d’éviter la survenance d’évènements imprévus pouvant amener à la conclusion d’Avenants dont les effets induits pourraient amener à fausser les prévisions budgétaires de l’Etat

 

Le Président de la République a insisté de nouveau sur l’urgence et la priorité que revêt l’amélioration significative des conditions d’organisation du pèlerinage musulman. Il a notamment déploré les souffrances endurées par de nombreux candidats au Hadj et exigé que, sur la base d’une large concertation nationale, des mesures correctives soient immédiatement prises dans le but de permettre à nos compatriotes d’effectuer le pèlerinage aux lieux saints dans les meilleures conditions de confort et de sécurité

 

Le Président de la République a instruit le Gouvernement d’informer largement l’opinion sur le rôle de la Mission d’Appui à la mobilisation des Ressources intérieures (MAMRI) et rassurer quant à la complémentarité entre cette entité chargée d’aider et d’impulser la collecte des ressources publiques et les régies financières chargées, elles, de la perception des taxes, impôts et autres recettes de l’Etat

 

Le Chef de L’Etat a appelé tous les services impliqués dans le contrôle de qualité des marchandises importées à une concertation urgente aux fins d’arrêter des méthodes et procédures efficaces pour mettre un terme à la mise sur le marché guinéens de produits prohibés ou périmés

 

En prélude à la prochaine session des lois de l’Assemblée Nationale qui s’ouvrira en début d’avril 2019, Le Président de la République a demandé aux membres du Gouvernement d’observer scrupuleusement les procédures et délais légaux de dépôt des dossiers auprès des instances de la Représentation Nationale. Il a instruit chaque Ministre à transmettre au Secrétaire Général du Gouvernement son propre agenda de travail normatif, exercice 2019, au plus tard le 8 Mars 2019. L’objectif visé par cet exercice est d’assurer une meilleure planification du travail Gouvernemental en vue d’une amélioration de la qualité des actes législatifs et règlementaires.

 

Le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement de veiller à promouvoir un développement équilibré du territoire national, de manière à ce qu’aucune région du pays ne soit ni discriminée ni privilégiée

 

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu de la session ordinaire du Conseil Interministériel du 26 février 2019.

 

Le Conseil a entendu successivement

 

Le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée qui a soumis pour examen le projet de Décret fixant les Statuts du Fonds de Garantie Hypothécaire de Guinée.

 

Il a rappelé que l’Etat a été le principal animateur du secteur du logement à travers des mécanismes de financement initiés respectivement avec la SOLOPRIMO, la SONAPI, le Fonds de Garantie Hypothécaire, le Fonds National de l’Habitat et de l’Urbanisme, l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine et le Fonds de Sécurisation Foncière. Ces institutions se présentent comme le socle du développement et du financement du secteur de l’immobilier en Guinée.

 

Le Gouverneur a déclaré que malgré ces acquis, l’offre de logements reste toujours insatisfaite en raison à la fois de l’absence de financement organisé du logement, de la forte demande et du coût important de l’investissement initial requis.

 

Il a soutenu que les conditions financières pour accéder à la propriété de logements sont difficiles à satisfaire pour la majorité des ménages au regard de la faiblesse de leurs revenus, d’une part, et la difficulté de l’accès au crédit immobilier auprès des banques commerciales, d’autre part. À noter que moins de 3% des emplois des banques sont consacrés au financement des logements.

 

Le Gouverneur a justifié que face à cette situation, de nouvelles réformes institutionnelles et réglementaires du secteur de l’habitat et de son financement sont engagées pour prendre en compte une proportion importante de la population. D’où la création du Fonds de Garantie Hypothécaire de Guinée (FGHG).

 

Il a précisé que l’objectif visé par ce Fonds, est à la fois de développer les infrastructures financières nécessaires à la mise en place d’une politique immobilière efficace et inclusive, et de fournir des garanties de prêts hypothécaires aux populations guinéennes désireuses d’acquérir un logement.

 

Le Gouverneur a indiqué que pour l’organisation et le fonctionnement du Fonds de Garantie Hypothécaire de Guinée (FGHG), il est prévu trois organes d’administration et de gestion : le Conseil d’Administration, la Direction générale et le Comité de crédit.

 

Il a informé que les ressources du Fonds sont notamment constituées par une dotation initiale en fonds propres, souscrite par l’Etat guinéen et ouvertes ultérieurement aux banques et autres institutions financières, et de toute ressource pouvant résulter de son activité.

 

Au terme des débats, le Conseil a adopté le projet de Décret fixant le Statuts du Fond de Garantie Hypothécaire de Guinée

 

La Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance qui a présenté une communication sur l’organisation des festivités de la journée du 08 mars, fête des femmes.

 

Elle a informé que les réunions préparatoires se sont tenues et ont enregistré la participation de l’ensemble des acteurs concernés à savoir : les représentantes des Départements ministériels, des Institutions Internationales, des ONG et la Société Civile.

Elle a souligné qu’à l’issue des débats,  plusieurs activités  à réaliser sur le terrain ont été identifiées dont entre autres :

–        La participation des femmes à l’assainissement des espaces publics de Conakry ;

–        Les visites de compassion aux malades, aux femmes et enfants en conflit avec la loi et vivant dans les centres de détention ;

–        L’élaboration et la validation du rapport national sur les réalisations, acquis, contraintes et défis à relever ;

–        La promotion des produits de l’Entreprenariat féminin à travers une exposition vente ;

–        La remise des équipements de couture, de  broderie, de coiffure, de restauration et outils informatiques aux CAF de Siguiri et Labé ;

–      La célébration de la journée internationale du 8 mars 2019  consacrée à la présentation du bilan de la 3ème République dans le domaine de l’autonomisation de la femme ;

–        La participation d’une forte délégation guinéenne à la 63ème Session des Nations Unies à New York ;

–      Le lancement officiel de la phase pilote du projet d’appui à l’Entreprenariat Féminin et à l’Autonomisation des Femmes pour un projet d’un coût global de 2.500.000 USD.

 

Au terme des débats qui ont suivi l’exposé, le Conseil a accordé son soutien à la Ministre pour l’organisation de la cérémonie de célébration de la fête internationale des femmes en insistant sur la capitalisation des expériences passées en matière d’organisation de ce type d’évènements pour en assurer le plein succès.

 

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger qui a fait une communication relative à l’organisation de la conférence diplomatique prévue à Conakry

 

Le Ministre a annoncé que cette conférence diplomatique, première du genre depuis l’avènement de la 3ème République, sera placée sous le thème « Diplomatie au service de l’émergence de la Guinée. » Elle regroupera notamment les Ambassadeurs guinéens en poste à l’étranger, les Conseillers et Directeurs Ambassadeurs au Ministère, les Représentants de la Guinée dans les Organisations internationales, les Consuls Généraux, les Ambassadeurs itinérants.

 

L’objectif visé par cette Conférence est de bâtir sur le socle des acquis enregistrés, une administration des Affaires étrangères plus performante, plus efficace et plus efficiente au service de l’émergence de la Guinée.

 

Elle définira également les politiques et stratégies que devra suivre l’appareil diplomatique pour mobiliser des ressources, et promouvoir la destination Guinée, conformément aux priorités et objectifs contenus dans le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES 2016-2020).

 

Au terme des débats, le conseil a soutenu cette initiative. Cependant, après avoir fait l’état de lieu des préparatifs de cette importante rencontre et compte tenu de l’ampleur des défis à relever, le Conseil a décidé d’affiner la note conceptuelle de cette Conférence et de l’inscrire dans un calendrier réaliste tenant compte des préalables à réunir avant sa tenue. La date finale en sera incessamment déterminée.

 

Avant de lever la séance le Président de la République a donné de larges informations sur la situation nationale et internationale.

 

 

 

Le Conseil des Ministres. 

 

 

 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.